oekaki_10554_0

Ami masculin cette chronique va te plaire j’en suis sur ! J’ai envie de vous parler de mes histoires d’épilation !!! Oui, je comprends, vous êtes autorisés à quitter cette page sans laisser de commentaire.

Mesdames, mesdemoiselles, j’en appelle à vos souvenirs : nous sommes toutes plus ou moins concernées par des problèmes de poils. J’insiste sur plus ou moins car la nature n’a pas du tout été équitable sur ce coup là.

Déjà, comme le souligne à juste titre Florence Foresti, pourquoi avons-nous été doté de ce truc inutile nommé « poils » (au pluriel, car comme les souris quand t’en vois un tu peux être sur que la colonie entière est dans le coin), ce truc noir et disgracieux qui ne nous sert à rien et dont nous tentons toute notre vie durant, de nous débarrasser ? Si Dieu existe, on peut dire qu’il s’est bien foutu de nous sur ce coup là ! La barbe donne aux hommes un côté « romantique sauvage », aux femmes une allure « cache toi, tu ressemble à mon arrière grand-mère ».

Pas équitable car si comme moi vous pouvez revendiquer des origines méditerranéennes pure souche, vous êtes gâtées niveau pilosité : ambiance « j’ai pas froid l’hiver, c’est mon duvet naturel » ! Oui je casse le mythe : en fait la Schtroumpfette est brune et un peu italienne !! Du coup je passe le plus clair de mon printemps/été à traquer le moindre poil. Car quand tu es brune et que tu te sais un peu velue, le plus petit et insignifiant poil devient une obsession !

Je suis donc la Buffy du poil, le Terminator des épilations, le Punisher de la moumoute.

Par conséquent, je me fais un devoir d’être informée sur les diverses manières de zigouiller cet invité surprise. Comme vous toutes, j’ai testé tout ce qui peut se faire sur le marché.

Plus jeune, ça a commencé avec l’eau oxygénée… une idée de ma mère qui me trouvait trop jeune pour me la jouer épileuse ! Je ne sais pas qui est le taré qui a inventé ce truc (surement un homme puisqu’il n’y a pas recours) mais ce truc est un instrument de torture ! Ca pique, ça brule, ça arrache tant et si bien qu’on a l’impression que la peau de dissout sous cette crème ! Je me le suis juré : plus jamais ça ! Merci maman.

Quand enfin maman chérie a daigné m’accorder le droit à l’épilation, la vraie qui détruit le poil, nous avons testé la cire. Grand moment ! Après moult brulures, divers ratés, rupture de stock de bande, réchauffement du pot (à l’époque y avait pas encore les roll-on), re-brulure au 4° degré de ce qui restait de ma peau, le résultat était plutôt satisfaisant… Et la salle de bain à refaire ! Sauf que si, comme je vous le disais plus haut, Mère Nature vous a gratifié de vos origines du sud, les soit disant 4 semaines de tranquillité, c’est de la pub mensongère ! Tu peux te recuire les pattes 10 jours plus tard !

Alors tu testes l’épilateur ! Moi je l’appelle « EPILATOR », comme Terminator. Ca fait un peu peur (enfin c’est Barbarella qui le dit ». Bref, tu te lance à l’attaque… Et ½ heure plus tard tu finis enfin la première demi-jambe ! Oui, le poil sudiste est résistant ! A croire que quand Epilator passe, rien ne trépasse ! Donc Epilator, efficace, mais quand tu as une journée devant toi ! Et bonjour la pince à épiler pour buter les plus récalcitrants !

Reste la crème dépilatoire. Je l’ai testé il ya bien longtemps, quand elle puait l’œuf pourri et te brulait la peau au bout de 2 minutes (pose de 20 minutes bien sur !!! Mouah ah ah ah). Le bilan était sans appel : abandon pur et simple de cette solution.

Et puis, la pub faisant parfaitement son travail de matraquage sur mon cerveau, je décide la semaine dernière de redonner une chance à cette torture moyenâgeuse. Les slogans de parfum frais, doux et d’un moment de simplicité de l’épilation eurent raison de moi.

Et vas-y que je t’achète la spéciale maillot et jambes ! Que je te lis et relis le mode d’emploi Et commence à m’étaler cette mixture sensée sentir bon la fleur de coton. 

Au début pas d’odeur. Crème légère, s’étale bien, ne pique pas.

L’effet kiss cool arrive 2 minutes plus tard : une odeur d’œuf commence à se dégager, celle qui pue bien fort. Ca démange au bout de 5 minutes ! Et maintenant imagine la scène : crème sur les 2 jambes, aisselle et maillot (oblige c’est l’été !) debout dans la baignoire en train de serrer les dents et de compter les secondes. Une envie de me gratter partout ! Une odeur de plus en plus atroce dans la salle de bain. Et au moment de rincer (j’ai tenu les 10 minutes indiquées) tout ne part pas ! Et le résultat, pour ceux qui ont daigné tomber, n’est franchement pas satisfaisant !

10 minutes de souffrance et une bombe de déo dans la salle de bain pour ça !

Et bien en 1 mot 1 seul : vive le rasoir Gilette !

I'm your Venus, I'm your fire. At your desire !